C’est lors d’un voyage en Europe que l’entrepreneur japonais Nobuyoshi Yamasaki, eut l’idée de faire du papier, non pas à partir d’arbre, mais bien à partir de pierre calcaire.

Sa start-up existe depuis cinq ans et emploi actuellement 80 personnes. Elle génère la majorité de ses revenus par la vente de cartes de visite.

Bien plus résistantes que celles faites à base de papiers, les cartes de visite réalisées à base de pierres calcaires vous permettent même d’écrire sous l’eau.Pour Nobuyoshi Yamasaki, faire du papier à base de pierre représente une solution innovante aux problèmes d’eau et de déforestationProcess générés par l’industrie papier alors que la demande va doubler d’ici 2030.

Alors qu’il faut 100 tonnes d’eau pour produire une tonne de papier normal, le papier Limex (entreprise de Monsieur Yamasaki) n’en utilise pas du tout.La fabrication de ce papier-pierre nécessite moins d’une tonne de pierres, mélangées à 200 kilos de polyoléfine.

Ce mode de fabrication pourra également sauver les 200 arbres qu’il faut couper pour produire une tonne de papier.Les ressources de pierres calcaires sont quant à elles, selon Nobuyoshi Yamasaki, “sont pratiquement inépuisables”.

Le but ultime de cette start-up est de se transformer en une entreprise générant 1 trillion de yens d’ici mi-2030.