Tout le monde se complait à aborder le chaos sur son volet le plus indolore pour chacun d’entre nous le volet systémique. Que peut faire Goliath contre David, alors que nous savons tous que le vainqueur n’est pas celui qu’on croit. Arrêtons de regarder les choses avec le prisme du loser, celui qui se courbe avant d’avoir tenté pense que le chaos systémique est le problème est une hérésie. Il est clairement une méga opportunité. Le nord se cherche un nouveau souffle et nous n’avons pas encore compris que nous faisons partie de la solution. La croissance est présente sur notre continent. Nous sommes vus comme la locomotive du moins pour la partie francophone. A nous, de saisir cette opportunité, l'Amérique latine l'a compris et s est mis en orbite pour attirer les investissements européens et nord américains. Dans un monde globalise, les concurrents ne sont pas a deux encablures. Certains citent a tort la Tunisie.  il est temps d agir et de prendre des initiatives pour mettre le Maroc sur la carte des entreprises globales ou des nouveaux dragons que sont les Entreprises de Taille intermédiaire pour capter leur intérêt. Dans une région ou le chaos systémique plaide en notre faveur.  Notre singularité, He pays qui est passe à travers  les printemps arabes, fait de nous une nation à part, et regarde comme un bijou unique, un cas d’école.

Cet attrait n’est pas un chèque à blanc. Il est fourni avec une ordonnance. Il nécessite une attitude proactive de chacun d'entre nous pour transformer l'essai. 

Dans ce chaos systémique, nous devons agir sur nos grandes plaies, préalable a tout décollage pérenne vers la démocratie populaire. D'abord, stopper l'impunité et garantir la justice pour tous. Cela présuppose l'exemplarité et comme le dit ce proverbe chinois " l'entreprise, c'est comme le poisson cela pourrit par la tête". Notre élite doit être aux avants postes et exiger que seule la justice est capable de nous mettre à la table des grands. Aucun passe-droit ne sera toléré. Par ailleurs, l'éducation publique dans le coma cherche désespérément un électrochoc pour retrouver sa juste place dans la société et participer a l éducation de l élite de demain.

Vu le caractère profond du coma, le réveil passe par une mobilisation forte de chacun d’entre nous en commençant par ceux qui y ont un intérêt direct.  2 acteurs doivent prendre le lead. La génération X qui a appris sur les bancs publics, elle regarde cette école avec nostalgie et inscrit ses enfants dans des écoles privées et les parents des élèves inscrits actuellement dans  l’école publique. L'heure est grave, à nous de prendre nos responsabilités. L'élite oublie à force de rester dans le microcosme du triangle d’or et la banlieue où est à la conviction que tous nos enfants fréquentent  l’école homologuée privée. Les chiffres publiés par le ministère de tutelle montrent que plus de 90% des marocains sont dans l’école publique. La décrépitude du système peut être illustrée par cette enseignante du public  militante et engagée dans la vie associative qui déclarait les larmes aux yeux son échec matérialise par l inscription de sa fille dans le système privé.

Cette jeunesse est soit une opportunité ou un risque si nous continuons à faire des prières pour cette Grande Malade qu’est l’école au lieu d’être acteurs.  L’heure tourne, et le chaos ne débarrassera pas le plancher. Nous avons juste oublié qu'à l'instar du stress il est permanent et déclencheur du plus ou du moins en fonction de nos attitudes et  de notre action. Nous sommes comme cette entreprise de chaussures qui au retour de ses commerciaux d’Afrique Sub-saharienne se voit dire par le premier " ils sont pied-nus, il n’y a rien à leur vendre et le second qui déclare "sortez la grosse artillerie, il y a tout à faire, il faut les chausser tous". 

Pour éviter le Ko individuel, impliquons-nous dans un projet qui nous portera tous en nous permettant d’agir chacun à notre niveau pour redonner son lustre à notre Ecole qui a besoin juste qu’on lui redonne sa juste place dans la cité.

Le feu est là, à nous de l’éteindre. Une étude menée par des professeurs chercheurs a révélé que 49% des élèves prennent des cours supplémentaires chez leur enseignant. Les autres qui ne peuvent payer ce tribut, ont décrété le droit a la fraude comme la seule arme pour contrecarrer cette 'iniquité'. A bon entendeur, salut ! Il est temps de se bouger.

Je propose un portail "éducation pour tous", une place de marche ou les jeunes, les enseignants postent leurs besoins et ou les aines (anciens ou parents) et les entreprises à travers leur personnel déposent des propositions de services ou de mise a disposition de biens. On peut s’appuyer sur une initiative initiée en Malaisie « Check my school », pour ne pas refaire le monde et plus tôt s’inscrire dans le contenu et non le contenant.

Ce projet inscrit chacun d’entre nous dans un cercle vertueux de partage et de solidarité générationnelle et de classe sociale.

Il est temps d’arrêter de refaire le match et de mouiller la chemise en donnant l’occasion à chacun d’entre nous de jouer sa partition en même temps pour que l’école publique ne soit plus la cinquième roue du carrosse.

Par ailleurs,  tordons le cou a ce chaos systémique qui veut que les riches soient plus riches et les pauvres plus pauvres. Je voudrai prendre pour exemple le Canada qu’on ne saurait qualifier de pays socialiste où selon leur past premier ministre, 90% des canadiens sont plus riches que 90% des américains. Leur business modèle est basé sur un libéralisme responsable. La proposition d’Obama d’augmenter le SMIC de plus de 20% s’inscrit dans cette logique pour ne plus avoir des salariés pauvres qui ne peuvent vivre de leur travail. Nous devons promouvoir la performance globale (économique, sociale, sociétale et environnementale) seule capable de  créer du liant entre tous les marocains. Si nous continuons de penser, a tort, que l'économique prime sur le social en terme de développement de l’entreprise maroc, nous ne fairons que consolider les racines d un chaos systémique à effet d’onde plus fort encore. Il est important de noter que l’économique, le social, le sociétal et l environnemental sont un tout indissociable et ne suivent pas comme on le croit la loi de Maslow.

S’il est vrai que beaucoup nous jalousent d’avoir donné tout son sens au mot Evolution et d’avoir su passer à travers le printemps arabe, le combat ne fait que commencer. Le film actuellement sur les écrans «  Les chevaux de dieu » nous le rappelle avec force.

 Alors, n’oublions pas que ce non chaos systémique précaire attend à être consolidé et nécessite l’implication de chacun d’entre nous ici et maintenant et pour toujours pour éviter le KO.